Pour des infos
sur les bons plans CLARC :

equipeclarc@regioncentre.fr - Tél. : 02 38 70 25 25

Clarc le Mag

1157550568

Agenda :

Musique

"SLAM ET TCHATCHE"

ABBAYE DE NOIRLAC - CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE

BRUERE ALLICHAMPS (18)

23 septembre 2006, de 18h à 3h

Les enfants terribles du slam

06/09/2006

Spoke Orkestra a choisi l'Abbaye de Noirlac (18) pour scander ses sombres poèmes. En attendant le 23 septembre, interview avec les enfants terribles du slam.

Ils dénoncent le "slam-star-system" et mettent en musique des morceaux traditionnellement chantés a capella. Composé de D' de Kabal, Nada, Felix et Franco Mannara, le groupe Spoke Orkestra représente la frange la plus radicale du slam. Clarc fait le point sur ce mouvement en plein développement en compagnie de Nada, leader de la formation et pionnier du slam français, et de Franco Mannara, un multi-instrumentiste bourré de talents.

CLARC : Pourriez-vous revenir sur la naissance de Spoke Orkestra ?
Nada :
Spoke Orkestra est né en mai 2002. Le groupe se composait initialement de Nada, D' et Félix. Nous avons assuré une bonne trentaine de prestations a capella avant de rencontrer Franco Mannara, un musicien qui souhaitait mettre en musique des artistes issus de la scène slam. Un disque est né de cette rencontre : Interdit aux mineurs.

Franco Mannara : J'ai rencontré ces 3 messieurs en 2003. A l'époque, ils officiaient ensemble sous le nom de "SM 58". Je suis chanteur à la base, donc bosser avec Spoke Orkestra, c'était comme des vacances où je n'étais plus le chanteur. Moralité, les vacances se prolongent et c'est tant mieux : je fais partie du groupe le plus impossible de la scène française, également le plus infréquentable, et j'adore.

"Le groupe le plus infréquentable de la scène française"

CLARC : Pourquoi avoir choisi le slam, une forme de poésie orale, publique et clamée a capella ?
Nada :
Le "Spoken Word", appelé également slam, est né à New York dans les années 80. Il est le fils avorté de la scène Punk alternative de l'époque et de résidus de l'intelligentsia new-yorkaise. Henri Rollins, ex-chanteur du groupe de hardcore Black Flag, fut un des premiers à déclamer de la poésie sur scène, touchant ainsi un nouveau public, peu féru de littérature. "To slam" se traduit en français par claquer une porte, donc claquer avec les mots, les phrases. C'est ce qui nous intéresse dans ce mouvement : percuter le public avec du texte, redonner du poids et de la valeur aux Mots.

CLARC : Comment avez-vous découvert ce mouvement ?
Nada :
Le slam est arrivé en France en 1995. Nous étions à cette époque une dizaine de poètes à nous retrouver chaque mardi soir au "club-club", dans le 18ème arrondissement. Il y avait à l'époque Pilote Le Hot, Nada, Joel Barazer, Said, Jean, Mc Clean et d'autres plus occasionnels. En octobre 1998, une journaliste du magazine Nova m'a intronisé "slameur" pour les besoins de la presse, officialisant ainsi la discipline.

Franco Mannara : Bien que les pionniers parisiens furent Nada et Pilot, l'héritage vient de plus loin, de Ferré, Gainsbourg ou Brigitte Fontaine...

Nada : Quant à Spoke Orkestra ce n'est pas un collectif ni un groupe de slam, c'est l'assemblage hétéroclite de 3 personnalités très distinctes ajoutées à l'univers sonore de Franco Mannara.

CLARC : Vous mettez en musique vos morceaux grâce à Franco, ce n'est pas un peu pécher aux yeux de la discipline traditionnellement pratiquée a capella ?
Franco Mannara :
La discipline est faite pour les disciples et les gens disciplinés. Nous serions plutôt du genre indiscipliné. C'est comme dire que pour faire du rock, il faut une guitare électrique... Nous sommes pécheurs et fiers de l'être, ce qui ne nous empêche pas de faire des a capella sur scène.

"Le slam sera récupéré par l'industrie du disque"

CLARC : Avec la médiatisation de Grand Corps Malade et la sortie de la compilation "Original Slam", craignez-vous une récupération commerciale du mouvement ?
Nada :
Ça me fait bien rire cette compilation "Original Slam" : c'est un bide total, une production vite réalisée, bâclée, pour essayer de s'engouffrer derrière Grand Corps Malade, qui qualitativement ne vaut pas mieux que ses compères. Une maison de disque qui sort un produit en plein été n'a en général rien à faire du disque qu'elle met dans les bacs. Tant mieux pour Grand Corps Malade, il pourra se payer une maison où couler des jours tranquilles.

Franco Mannara : Comme tout mouvement underground, le slam sera savamment récupéré par l'industrie du disque. Cela c'est déjà vu dans le punk ou le hip-hop. Il y aura toujours des artistes qui voudront toucher au show-business. Mais comme dans n'importe quel mouvement émergent, des artistes continueront à pratiquer sérieusement, à prendre des risques, sinon on en serait encore à écouter Richard Anthony. Un fait est sûr : le rap n'est pas mort à cause de Doc Gyneco, disons juste que cela fait partie du cirque. La médiatisation du slam va faire du bien à tout le monde et sûrement du mal à certains.

CLARC : Vos influences sont difficiles à cerner? Vous pourriez nous éclairer ?
Nada :
En ce qui me concerne, je suis influencé par la littérature et la culture rock, en ce sens où beaucoup de rockers sont aussi poètes : Jim Morrison, Lou Reed, Bowie, Iggy Pop, Marc Bolan, Ian Curtis, Kurt Cobain, Lydia Lunch, Henri Rollins pour ne citer que quelques noms d'une liste très longue? Mes écrivains de références sont très variés. Pour les incontournables, citons Jean Genet, Nietzsche, Baudelaire, Maupassant, Williams Burroughs...

Franco Mannara : Pour ma part je dirais que je cherche le chemin le plus court partant de Tricky, en passant par Glenn Branca, Captain Beefheart, le Velvet Underground et Silver Mount Zion. Sans oublier Tom Waits, Can et Coltrane.

CLARC : Quels sont vos projets pour cette rentrée ?
Nada :
J'ai un texte édité dans une anthologie de slam à venir à la rentrée. Notre album sortira entre l'automne 2006 et l'hiver 2007.

Franco Mannara : Je dois finir mon 2ème album solo pour l'hiver, et surtout mixer le nouvel album de Spoke incessamment !

1er album mai 2004 Interdit aux mineurs (Asphaltiq' / Ricotta prod / fifty-five / Bmg)

   >> Maxi Infréquentables (autoproduit)
   La page Myspace de Spoke Orkestra    www.myspace.com/spokeorkestra
   Le site de Spoke Orkestra    www.spokevousparle.com
   Le site de D' de Kabal    www.d2kabal.com